La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

LE MIGRANT ARTICLES ET CRITIQUES:

 

Le Migrant: Fille-de-lecture

https://fille-de-lecture.blogspot.com/2018/10/le-migrant.html

 

Le migrant

 

 

Titre :  

 

Le migrant

 

Auteur :  

 

Claude Lemay

 

Éditions :

 

de l'Apothéose 

 

Nombre de pages :  

 

122

 

Tome ou One shot :  

 

One shot

 

Achat ou service de presse :  

 

Service de presse

 

Où l'acheter :

 

  Archambault, Renaud-Bray, Fnac, Amazon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Résumé :

 

De tout temps, on a annoncé la fin du monde. Il fallait bien que ça arrive. Vraiment ? Il est vrai que l'homme court depuis longtemps à sa perte. Pourtant, certains de ces hommes se donnent une mission de vie. Ils en font leur quête. Certains y consacreront leur existence. Les plus tourmentés en feront une obsession.

 

 

 

Quoi qu'il en soit de ses rapports avec la terre et les autres espèces animales, on dit que l'homme évolue. Rien n'est moins sûr. Mais qui peut en juger ? Et qu'en est-il des balises du bien et du mal ? Codes religieux ou cas de conscience ? On sait que ça dépend de chacun. Mais si les chats étaient les concrétisation de la conscience de l'homme ?

 

 

 

Et ce fameux paradis terrestre... Éden ou fabulation ? Que peut-il vraiment en être ? Le migrant se pose tellement de questions. Il n'en a jamais assez. Passionné ou aliéné ? Pour vous faire une idée, il faudra faire comme moi et suivre le migrant dans ses pérégrinations. Comme lui et moi, vous ferez de belles rencontres...

 

 

 

 

 

 

Mon avis :

 

J'ai découvert ce roman lorsque Dominique Lalande, des communications Dola, m'a fait parvenir le communiqué de presse. J'ai tout de suite eu un immense coup de foudre pour le chat de la page couverture. Le synopsis, également, m'a interpellé. Cette histoire de félin qui suit un homme après l'apocalypse et qui exprime ce qu'il observe et entends, disons que je n'avais jamais rien lu de semblable et que je ne savais pas trop à quoi m'attendre, si ce n'est que ça n'allait surement rien à voir avec les romans de dystopie traditionnels.

 

 

 

Entre science-fiction et réalisme, l'auteur nous plonge sur une Terre qui a été ravagée par l'être humain ou, plutôt, devrais-je dire par les conséquences qu'il a lui-même provoquées en abusant de tout. Les sables bitumineux, la pollution, les guerres et tant d'autres éléments ont mené à ce désastre qui tôt ou tard devait arriver.

 

 

 

Plonger dès le commencement dans une ambiance morte, terne, grise et désolante, le lecteur ne sait pas trop ce qui se passe. Tout comme le migrant, on se demande ce qui a bien pu se passer. On essaie de comprendre, d'assimiler ce qu'il voit, de trouver des explications qui auraient du sens... C'est cependant difficile, car on s'attarde rapidement à faire la connaissance du chat de la couverture qui suit l'homme et qui décrit ce qu'il fait, ce qu'il pense ou ce qu'il ressent. 

 

 

 

Ce fut pour moi tout un défi de me faire au style particulier de Claude Lemay. Je n'ai pas vraiment eu l'impression de lire un roman, mais plutôt une accumulation de ressentis. Ça m'a beaucoup perturbée, car je réfléchissais à chacune des réflexions tout en essayant d'avancer. D'autant plus que le vocabulaire employé est assez riche et les constats biaisés, car vus seulement du point de vue d'un animal.

 

 

 

Quoi qu'il en soit, j'ai bien aimé ma lecture malgré tout. C'est certes très particulier comme roman, mais il est rempli de tellement de vérités que ça donne froid dans le dos en se disant que ça pourrait aisément se produire. Notre futur doit nous préoccuper et c'est maintenant qu'il faut nous en soucier.

 

 

 

Pour être honnête, j'ai été frustrée par le dénouement. Je ne comprenais pas pourquoi était-ce mieux ainsi. Comment le paradis peut-il exister sans cette espèce en particulier ? Bien sûr, c'est probablement évident si l'on prend en considération tout les maux qu'elle a apportés, mais quand même. Que fait-on de son évolution qui a été supérieure à bien d'autres ? De son mode de déplacement ? De son langage articulé ? De son intelligence développée, quoique souvent mal utilisée?  Peut-être que oui dans le fond, ce serait le paradis sur cette nouvelle Terre. Ou peut-être pas. On ne le saura jamais.

 

 

 

Sur ce, je vous laisse avec ces questionnements et j'espère que cela vous donnera le goût vous aussi de faire le voyage au travers des pages sur les pas du migrant. 

 

 

 

 

      

 

MERCI BEAUCOUP À DOLA COMMUNICATIONS ET AUX ÉDITIONS DE L'APOTHÉOSE POUR CETTE LECTURE !

 

 

 

 

 

  

 

 LE MIGRANT: CAPTURE D'ÉCRAN DU LIEN YOU TUBE FILLE DE LECTURE

https://www.youtube.com/watch?v=ifYXYx3bF2k&feature=youtu.be

 

 

Le Migrant dans L'Express de Drummondville

http://www.journalexpress.ca/actualite/des-livres-pour-tous-les-gouts/

 

 LE MIGRANT: MILLE ET UNE PAGE

 

 

 

 L'Express - Drummondville

 

 

Des livres pour tous les goûts

 

 

Des livres pour tous les goûts

Crédit photo : (Photo Pixabay)

 

LITTÉRATURE. L’Express week-end présente à ses lecteurs quatre livres signés par des auteurs de la région en plus d’un ouvrage sur les 30 ans de l’AQDR Centre-du-Québec. Voici une brève présentation de chacun.

 

Claude Lemay

 

Comment faire son chemin selon ce qui nous a été légué par la nature et nos géniteurs? Quel rôle peut-on encore jouer lorsque tout est dévasté? Et quels tiraillements notre conscience est-elle capable de supporter face aux conséquences d’un cataclysme et de la méchanceté de l’Homme envers le reste du monde animal? C’est à ces mystères qu’est confronté le personnage éponyme du septième roman de Claude Lemay, Le Migrant.

 

L’écrivain y livre, à travers une fiction poignante, une réflexion sentimentale sur l’évolution de notre monde.

Claude Lemay. Photo – Ghyslain Bergeron

Ténébreux et secret, le protagoniste est un être songé et engagé qui se sent investi d’une mission. Dans sa quête de vérité et de réponses aux questions «Que faire?» et «Que s’est-il passé?», ce pèlerin de l’après-cataclysme devra se mesurer à des phénomènes tous plus étranges et inquiétants les uns que les autres. Le migrant croisera aussi sur sa route une femme muette, mais qui saura éveiller ses désirs, ainsi qu’un cheval, animal réputé pour son hypersensibilité, qui décidera de le suivre partout. Le lecteur découvrira par ailleurs, non sans se laisser charmer par l’ironie de la chose, la présence d’un chat — d’où la couverture «féline» du roman —, incarnation de la conscience humaine et narrateur atypique.

 

 

 

Le Migrant sur Culturehebdo.com

http://www.culturehebdo.com/livres-fev-2018.htm

Le Migrant sur Culturehebdo.comLe Migrant sur Culturehebdo.com

 

 

 Le Migrant sur : BLOGUE MILLE ET UNE PAGES par Martine Lévesque

 

https://www.youtube.com/watch?v=ifYXYx3bF2k&feature=youtu.be

 LE MIGRANT  COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

 LE MIGRANT L'AFFICHE

 

 PUBLICITÉ dans la revue LES LIBRAIRES  no 106 avril/mai 2018

Voir à la page 47

https://revue.leslibraires.ca/uploads/Magazines/0039__LesLibraires106.pdf

 

 

 

 

MOI EN TROIS TEMPS

 

Parution dans Culture à coeur, volume 8 numéro 10, 27 novembre 2015

Article paru dans Culture Centre du QuébecArticle paru dans Culture Centre du Québec

 

 

 

 

 

 LA BARJOT  Tome 3 Article paru dans l'Express de Drummondville

 

La Barjot, tome 3 «La Destinée» est maintenant disponible

 

La famille Barjaulet est de retour sous la plume de l'écrivain Claude Lemay qui a publié il y a quelques semaines à peine le dernier morceau de sa trilogie, La Barjot, Tome 3 «La Destinée».

 

Après «L'Arrivée à Saint-Rédempteur» et «La Malédiction», l'auteur et homme d'affaires bonconseillois apporte donc avec ce dernier roman une conclusion à la saga de la famille Barjaulet et des descendants que l'on retrouve au temps d'aujourd'hui.

 

Ceux et celles qui ont «pris goût» à détester Rose-Aimée Marin dite la Barjot et son non moins aimable mari, Adrien Barjaulet, dans le premier tome, et qui ont par la suite appris à mieux connaître leurs descendants dans le second, retrouveront dans ce troisième tome Colombe, Béatrice et Joseph dans leur vie d'adulte.

 

«Quel genre de parents sauront-ils être à leur tour? Bien sûr, la hantise d'être un enfant de La Barjot les hantera toujours. Mais quel avenir pourront-ils offrir à leurs propres enfants? La malédiction des Barjaulet est-elle intemporelle ? Devront-ils en subir les affres de génération en génération? Colombe et Xavier pourront-ils finalement avoir une vie bien à eux ? Béatrice doit-elle s'inquiéter de l'avenir de Zelda, maintenant qu'elle fait aussi partie intégrante du cercle des Barjaulet ? Et qu'en sera-t-il de Joseph et de Maxim ? La suite des événements ne sera-t-elle pas encore que frustration pour le plus jeune des Barjaulet ?», questionne l'auteur pour mettre lui-même la table autour de «La Destinée».

 

Chose certaine, au dire de Claude Lemay, à son grand bonheur, les deux premiers tomes ont été si bien reçus tant au Québec qu'au sein de l'Europe francophone, qu'il ne pouvait se permettre de trop tarder à conclure cette ténébreuse trilogie.

 

Rappelons qu'il s'agit ici de sa cinquième publication, puisqu'auparavant il y a eu «La force du passé» et «Désespoir en terre d'accueil/Appel au 911», deux romans publiés à compte d'auteur.

 

Et c'est sans compter tous les bouquins qu'il a commis depuis sa prime jeunesse, car il est le premier à dire qu'il écrit depuis toujours.

 

D'ailleurs, M. Lemay pense que certains de ses romans qui dorment sur les tablettes pourraient un jour être publiés, mais ce n'est pas une priorité pour lui en ce moment.

 

 

LA BARJOT Tome 2 Article paru dans l'Express de Drummondville

 

 

L'auteur bonconseillois Claude Lemay y plonge les trois enfants du couple maudit

 

Heureusement, les lecteurs qui ont découvert la vie tumultueuse et désordonnée de la famille Barjaulet à travers le tome 1 de la trilogie de Claude Lemay n'auront pas à attendre trop longtemps pour en connaître un autre épisode, sauf que cette fois, pour le tome 2, ce sont les trois enfants de ce couple maudit qui font les frais de La Barjot, La malédiction.

 

 

Quelques mois après la publication de La Barjot, Tome 1 – L'arrivée à Saint-Rédempteur, l'auteur bonconseillois nous transporte cette fois, près de deux décennies plus tard, soit quelque part au début des années 1970, dans ce bled imaginaire de Lanaudière où Adrien Barjaulet et Rose-Aimée Marin dit La Barjot avaient choisi de s'établir après avoir quitté l'Abitibi dans des circonstances pas très claires aux yeux des habitants de leur village d'accueil.

 

Ceux qui ont lu le tome 1 savent déjà que ces deux personnages ne partagent rien en commun avec la vie habituellement tranquille des gens ayant vécu sur une petite ferme à l'époque de Duplessis, tellement les drames, les atrocités et les mystères s'y sont multipliés au fil des années.

 

Même s'il s'agit d'un roman, l'œuvre de Claude Lemay tente à démontrer, comme plusieurs le pensent, que les traits héréditaires sont indéniables.

 

«Les enfants Barjaulet doivent déjà faire avec et ne pourront jamais le nier, ni l'oublier. Ils sont déjà condamnés à tenter à s'en affranchir», reconnaît d'emblée l'auteur qui endosse cette théorie.

 

Pour s'en convaincre, il suffit de prendre connaissance du premier chapitre où l'on apprend que tout Saint-Rédempteur est en émoi après avoir entendu un coup de feu, tel un coup de tonnerre, retentir de la ferme des Barjaulet.

 

Laissons Claude Lemay nous dresser le portrait à l'arrivée des policiers dans ces lieux de misère.

 

«L'air est lourd et suffocant dans le séchoir. Une odeur moite se mêle à celle de la poudre qui flotte dans l'air. La scène est plus pathétique que macabre. Joseph Barjaulet est assis à même le sol et pleure comme un veau. Tout près, en face de lui, son père Adrien git au sol, le visage défiguré par une décharge d'arme à feu. La carabine est toujours là, entre les deux hommes.»

 

Voilà pour le fils. Quant aux deux sœurs, Colombe et Béatrice, il semble bien qu'elles auront droit elles aussi aux mauvais sorts ou aux affres du destin.

 

«Quelle vie les Barjaulet survivants pourront-ils avoir ? Quel avenir peut espérer Colombe ? Qu'en est-il vraiment des démêlés judiciaires de Béatrice ? Peut-on se faire une vie après une enfance aussi perturbée ? Quelles sont les séquelles d'un héritage aussi taré. Peut-on espérer conjurer la malédiction des Barjaulet ?», voilà autant de questions qui trouveront réponses dans ce tome 2.

 

Ce quatrième roman de Claude Lemay, disons-le, est déjà disponible sous format numérique et papier par l'entremise du site de l'éditeur: http://manuscritdepot.com/a.claude-lemay.4.htm#menu.

 

Le tome 2 sera aussi disponible chez Buropro/Librairie du Centre alors que les premiers exemplaires sont attendus sur les tablettes dès le début novembre, si ce n'est déjà fait.

 

Le 3e et dernier tome de La Barjot, ayant pour titre «La destinée», ne saurait d'ailleurs trop tarder, au dire de l'auteur qui en a presque déjà complété l'écriture.

 

ARTICLE PARU DANS L'ACTION DE JOLIETTE

 

Un quatrième roman pour l’auteur Claude Lemay

Publié le 30 Octobre 2012
Publié le 30 Octobre 2012

L’auteur Claude Lemay vient de faire paraître son quatrième roman. Intitulé « La Barjot, Tome 2, La Malédiction », le roman est le deuxième volet d’une trilogie.

Sujets :
Lanaudière , Québec , Europe

Claude Lemay est très attaché à Lanaudière pour y avoir encore ses racines et pour y avoir passé tous les étés de son enfance. L’auteur a ainsi choisi la région pour faire évoluer ses personnages principaux.

Les lecteurs du Québec et de l’Europe francophone se sont liés aux descendants de La Barjot, ces personnages atypiques originaires d’Abitibi qui ont migré vers Lanaudière dans des circonstances plus que nébuleuses.

« On sait déjà que les traits héréditaires sont indéniables. Les enfants Barjaulet doivent faire avec et ne pourront jamais le nier, ni l’oublier. Ils sont déjà condamnés à tenter de s’en affranchir.

Alors que l’on parle de folklore et d’histoires nébuleuses pour cerner leur cheminement, le thème de la malédiction s’insinue aussi dans l’imaginaire populaire quand on parle des Barjaulet. Qu’en est-il vraiment ? Nul ne le sait. Il est par contre facile de parler de mauvais sorts dans le cas des enfants Barjaulet. Peut-on vraiment s’attirer les affres du destin ? On préfère ne pas y répondre, évitant d’aborder ouvertement le sujet.


Quoi qu’il en soit, quelle vie les Barjaulet survivants pourront-ils avoir ? Quel avenir peut espérer Colombe ? Qu'en est-il vraiment des démêlés judiciaires de Béatrice ? Peut-on se faire une vie après une enfance aussi perturbée ? Quelles sont les séquelles d’un héritage aussi taré ? Peut-on espérer conjurer la malédiction des Barjaulet ? »

Claude Lemay écrit depuis toujours. Il est aussi un touche-à-tout actif et polyvalent. Pour lui, tout est matière à parfaire sa culture générale et à satisfaire sa curiosité insatiable. Au fil de ses écrits, il touche le roman policier et principalement le roman d'aventures. On dit que son écriture masculine est empreinte d'une belle sensibilité et qu'il sait faire ressentir les émotions de ses personnages. Ses derniers écrits portent d'ailleurs sur la perception des sentiments face aux situations émotives ; celles qui bouleversent une vie.

 

 LA BARJOT TOME 1 paru dans l'Impact de Drummonville

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA BARJOT Tome 1 paru dans l'Express de Drummondville le 6 juin 2012

 

 

Claude Lemay fait vivre une trilogie autour de la Barjot et de ses descendants

 

Publié le 6 Juin 2012Publié le 6 Juin 2012Gérard Martin

 

 

L'écrivain et homme d'affaires bonconseillois est à compléter les deux derniers tomes

Bien que le monde des affaires accapare une grande partie de son temps, Claude Lemay, un Bonconseillois d'adoption, éprouve toujours le même besoin viscéral de consacrer plusieurs heures par semaine à l'écriture.

Sujets :
Oxy-Centre , Fondation littéraire Fleur de Lys , Village de Saint-Rédempteur , Montréal , Abitibi

Depuis qu'il a su maîtriser l'alphabet et la grammaire, dès l'âge du primaire en fait, celui qui a été élevé dans un quartier populaire de l'est de Montréal n'a jamais cessé d'écrire et d'inventer des histoires pour en faire des bouquins dont la plupart, par choix ou par manque de moyens, n'ont pas été plus loin que ses propres tablettes.

Ces premiers livres sont néanmoins fort précieux dans son cheminement car ils auront contribué à façonner l'écrivain plus aguerri et mieux équipé que cet autodidacte est devenu au fil des années.

Avant d'en arriver à l'ouvrage qui nous intéresse, Claude Lemay avait néanmoins réussi à sortir de sa boîte aux trésors deux ouvrages qu'il a publiés pour tâter le pouls auprès du public lecteur qui, à son étonnement et à sa grande satisfaction, lui a réservé un accueil chaleureux.

Avec «La force du passé», un roman d'aventure, et «Désespoir en terre d'accueil/Appel au 911», un autre roman basé sur des faits vécus, l'auteur a reçu suffisamment de critiques constructives et de mots d'encouragement, non seulement de l'entourage mais de nombreux lecteurs l'ayant découvert, pour l'inciter à continuer de partager son univers.

La Barjot

C'est ainsi qu'il y a quelques semaines maintenant, l'écrivain a procédé au lancement du premier tome d'une trilogie intitulée «La Barjot».

Si ce mot familier, qui signifie un peu fou, farfelu, convient bien au personnage central, il faut savoir que c'est d'abord et avant tout le raccourci qu'ont adopté les habitants de Saint-Rédempteur pour qualifier l'épouse d'Adrien Barjaulet, Rose-Aimée Marin de son véritable nom, le couple «héros» à l'origine de ce roman d'époque.

Ces nouveaux venus dans le petit village de Saint-Rédempteur dans Lanaudière et leurs trois enfants sont en fait les cinq personnages principaux sur lesquels toute l'intrigue du premier tome repose.

Celui-ci a incidemment pour nom «L'arrivée à Saint-Rédempteur», alors que ceux qui suivront auront des titres très évocateurs pour la suite des choses, en l'occurrence «La malédiction» et «La destinée».

Dans ces deux derniers bouquins qui, à toutes fins utiles, sont presque complétés, on y retrouvera les descendants de ce couple bien particulier dont au premier chef les enfants, Colombe, Béatrice et Joseph que l'on découvre d'abord dans le premier tome.

Pour en revenir à «L'arrivée à Saint-Rédempteur», c'est justement l'apparition de cette famille intrigante en provenance de l'Abitibi dans le rang dix de ce petit bled tricoté serré de Lanaudière qui dérange.

«Pourquoi les membres de cette famille ont-ils quitté l'Abitibi pour venir s'installer dans la cabane du vieux Sam bâti sur un sol rocailleux où très peu de possibilités s'offrent?», se questionnent les habitants de ce bleds, surtout après avoir appris qu'Adrien avait quitté un travail fort rémunérateur dans une mine d'or.

Comme l'histoire de ce premier tome se situe au début des années 1950, Claude Lemay nous ramène à tous les préjugés de l'époque, fondés ou non, l'histoire le dira.

Chose certaine, les lecteurs éprouveront beaucoup de plaisir à découvrir les personnages de cette famille et leur évolution qui, à la conclusion du tome 3, les amèneront jusqu'en 2005.

Ce roman d'époque sera alors un beau prétexte pour l'auteur de s'aventurer à démontrer jusqu'à quel point les gênes transmis par les parents sont gages ou pas du comportement de la progéniture.

«Les traits héréditaires sont indéniables et c'est aussi par eux que l'on se définit soi-même. Pour ce, il faudra aussi s'affranchir de certaines tares familiales. Ce sera le lot des Barjaulet et de leurs descendants. En ce sens, Rose-Aimée Marin et Adrien Barjaulet auront laissé une empreinte indélébile, non seulement en héritage à leur propre progéniture, mais aussi dans l'imaginaire populaire de toute une région, voire d'un coin de pays. Les gens marquants d'un peuple sont parfois des héros, des innovateurs, des défricheurs, mais aussi de scabreux personnages, à l'origine des légendes les plus nébuleuses», met en contexte l'écrivain.

D'autres histoires en tête

On dit de l'écriture de Claude Lemay qu'elle est empreinte d'une belle sensibilité et que sa force est de faire ressortir les émotions de ses personnages.

Comme il s'agit de personnages parfois plus grands que nature, on comprendra que l'on est ici en présence d'une œuvre qui sort des sentiers battus.

«Je ne crois pas qu'il faille suivre inexorablement les chemins tracés. Il faut savoir aussi en inventer», reconnaît l'auteur.

D'ailleurs, M. Lemay a quelques autres belles histoires en tête, certaines bien différentes de celles qu'il a écrites jusqu'ici, lesquelles finiront assurément par d'autres publications.

En attendant, celui qui est propriétaire de l'entreprise Oxy-Centre inc. continue de bien répartir son temps entre l'écriture le travail, un travail qu'il adore également au point tel qu'il affirme qu'il ne le quitterait pas, pas tout de suite du moins, pour se consacrer essentiellement à l'écriture.

«Je crois que pour l'instant j'ai besoin des deux passions pour me réaliser pleinement», résume ce diplômé universitaire en marketing qui partage également un grand intérêt pour la soudure et la métallurgie.

Précisons en terminant que ce 3e roman de Claude Lemay a été édité à La Fondation littéraire Fleur de Lys.

Les intéressés peuvent visiter sa page d'auteur à l'adresse suivante: http://manuscritdepot.com/a.claude-lemay.3htm#menu ou changer "menu" par "exemplaire" pour obtenir un exemplaire sous forme numérique ou papier.

Le roman «La Barjot/L'arrivée à Saint-Rédempteur» est également disponible chez Buropro à Drummondville dans la section Buro-Librairie du Centre.